Actualité « La citerne »

La troupe du théâtre de la Citerne est heureuse de vous présenter son nouveau spectacle

« Et pendant ce temps Simone veille » .

La pièce

Créée en 2013 par 4 comédiennes (vue par 75 000 spectateurs depuis), la pièce Et maintenant Simone veille, raconte de manière drôle et décalée, 70 ans de féminisme. En suivant le destin de 3 lignées de femmes sur 4 générations, elle permet d’explorer les héritages et évolutions du mode de pensée féministe au fil du temps qui passe. De la bourgeoise revendicatrice des années 50 à la « desperate housewife » actuelle, de la femme battue et soumise à la coach de vie homo et de la femme au foyer modèle à la cougar libérée : 3 lignées, 3 destinées totalement différentes mais toujours aussi désopilantes.

 
Si vous souhaitez voir… ou revoir cette pièce haute en couleur il vous reste une possibilité:
le 12 novembre 2019 à l’espace culturel Saint Grégoire de Munster.

Réservation : www.cc-vallee-munster.fr
 
Le théâtre de la Citerne

theatredelaciterne@gmail.com
06.76.42.46.56  

Présentation association « La Bougeotte de Schwoben »

L’association « La Bougeotte de Schwoben » a été crée en 1995 suite au départ à la retraite de Monsieur Mark instituteur de l’école primaire de Tagsdorf. Nos enfants à cette occasion ont voulu lui offrir un spectacle théâtral. Depuis ce jour cette envie ne les a pas quittés !

Certains de ce groupe initial sont toujours des nôtres. Actuellement l’association compte 4 groupes :

Les primaires, les collégiens et les adultes qui montent sur les planches pour un spectacle de fin de saison au mois de mai. Le 4ème groupe se produit uniquement en janvier avec un répertoire vaudevilien.

Le fer de lance de l’association est d’exploiter au maximum la comédie.

N’hésitez-pas à nous rejoindre au 06.75.79.90.52

Actualité « Les Créacteurs d’éphémères »

J’appelle mes frères

Texte de Jonas Hassen Khemiri

Mise en scène Mael Moreau

« Stockholm, 2010. Alors qu’Amor rentre de boite de nuit, une explosion retentit dans la ville, semant la panique. Tour à tour, ses proches l’appellent, s’inquiètent, lui donnent des conseils contradictoires. Doit-il faire profil bas et se fondre dans la masse ? Ou au contraire se montrer au grand jour ? Quelle identité adopter quand tout le monde vous regarde d’un œil suspicieux du seul fait de vos origines ?  Mais est-il réellement observé, traqué, coupable ? »

Comme dans un thriller scandinave, Jonas Hassen Khemiri nous fait passer de l’autre côté du miroir de notre société qui dit vouloir intégrer l’étranger. Il s’empare d’une réalité qui nous concerne tous (comment vivre avec l’Autre) et la ramène à sa réalité intime (comment vivre dans une société sans perdre son identité culturelle) pour déplacer notre regard et aiguiser notre esprit critique.

Distribution : Laurent Gaudet, Régine Marchal, Marie-Dominique Procureur Guth, Benjamin Schoettel.

Affiche : MDGP

Création sonore : Studio Sillon Music

Création lumière : Jacqueline Belhaimeur

Création scénographie : Jean-Paul Stich

Avec le soutien du CRéA et de la ville de Kingersheim ainsi que de l’Office Municipal des Sport et de la Culture de Wittelsheim.

Suivez notre actualité : https://www.facebook.com/creacteursdephemeres/

Renseignements et réservations : tel Kingersheim : Créa 03 89 57 30 57

                                                               Tel Wittelsheim : OMSC 03 89 57 88 11

Ou par mail : creacteursdephemeres@sfr.fr

Présentation « Les Créacteurs d’éphémères »

Les Créacteurs d’éphémères sont nés en décembre 2015 autour de l’envie de  réunir les anciens du Conservatoire de théâtre du Créa (Kingersheim) en association et de continuer l’aventure ensemble.

Après La petite pièce en haut de l’escalier de l’auteure québécoise Carole Fréchette et Mon fric, texte de David Lescot (artiste associé à la Filature), La troupe continue son exploration du répertoire contemporain avec J’appelle mes frères, de l’auteur suédois Jonas Hassen Khemiri.

«  Stockholm, 2011. Alors qu’Amor rentre de boite de nuit, une explosion retentit dans la ville, semant la panique. Tour à tour, ses proches l’appellent, s’inquiètent, lui donnent des conseils contradictoires. Doit-il faire profil bas et se fondre dans la masse ? Ou au contraire se montrer au grand jour ? Quelle identité adopter quand tout le monde vous regarde d’un œil suspicieux du seul fait de vos origines ?  Mais est-il réellement observé, traqué, coupable ? »

 

J’appelle mes frères sera présenté les 11 et 12 octobre 2019 à l’espace Tival de Kingersheim, ainsi que les 15 et 16 novembre 2019 à la salle Grassegert de Wittelsheim.   

 

Personne référente :

Maël Moreau

06 15 71 76 70

creacteursdephemeres@sfr.fr

https://www.facebook.com/creacteursdephemeres/

Présentation Compagnie Théâtrale de la Tuilerie

La Compagnie Théâtrale de la Tuilerie est une jeune troupe de théâtre composée d’une trentaine de comédiennes et de comédiens amateurs habitant Bourtzwiller, grand quartier de Mulhouse.

  En octobre 2010, Pascal Coinchelin auteur et metteur en scène décide de créer un spectacle autour de la figure d’Antoine de Padoue.

Il regroupe une vingtaine de comédiens, qui pour la plupart monte sur scène pour la première fois, et se lance dans une aventure qui connaîtra son apogée en juin 2011 lors des premières représentations.

  Une fois, cette première expérience vécue, l’ensemble des comédiens émet le désir de continuer et Pascal Coinchelin écrit et met en scène « Histoires de Quartier » avec la complicité musicale de Laurent Misslin qui signe la musique et les orchestrations qui ponctuent le spectacle

Autour d’une Équipe (merci Claudine S.C., Béatrice W, Claudine M, Bernard M, Jacky B) la petite troupe s’agrandit et remporte un vif succès.

La Compagnie Théâtrale de la Tuilerie est née le soir de la dernière représentation. Elle est sous l’égide du Groupement des Associations de Bourtzwiller.

La Compagnie Théâtrale de la Tuilerie doit son nom au passé de Bourtzwiller.

Ce petit village, qui dans les années 1900 était un village ouvrier centré autour de la tuilerie fondée par Sébastien Burtz, s’est agrandi pour devenir un pôle important d’usines. Les tuileries Tranzer, les usines de tissage, la filature de laine, l’usine Bernheim, l’usine Weis, l’usine Bertrand, l’usine Aviatik. Aujourd’hui plus rien ne reste de ce passé riche, sauf quelques maisons, quelques bâtiments industriels abritant une industrie plus que moribonde.

Reste que des femmes, des hommes perpétuent cette mémoire au travers des spectacles que la Compagnie Théâtrale de la Tuilerie va créer.

L’aventure continue avec un nouveau spectacle…..